Message

Emotions, mode d’emploi

Emotions, mode d'emploi

Résumé du livre en quelques lignes : Nos émotions ne sont ni positives, ni négatives. Elles sont de précieux indicateurs qui nous guident pour avancer, nous offrant le pouvoir de choisir et d’être actifs au lieu de subir passivement ! Ce petit livre nous permet d’appréhender les émotions différemment en leur rendant toute leur légitimité et leur utilité.

De Christel Petitcollin, 94 pages, publié en 2003.

RESUME DU LIVRE

1. Pourquoi apprendre à gérer ses émotions

Une émotion est un indicateur qui sert à nous guider dans notre quotidien pour nous aider à avancer avec puissance et protection dans notre évolution personnelle. Le problème, c’est que l’intervention éducative que nous avons reçue a bien souvent faussé notre ressenti. Pour nous intégrer dans la société, nous avons appris à réprimer nos émotions. Mais les émotions refoulées ne disparaissent pas ! Elles prennent le pouvoir en exerçant un contrôle négatif sur nos vies. C’est la source principale de mal-être, dont voici certaines conséquences possibles :

  • Réactions disproportionnées (la goutte qui fait déborder le vase)
  • Manque d’énergie
  • Formes de dépendances (boulimie, alcoolémie, dépendance affective, dépensiers compulsifs)
  • Rancune et ressentiment
  • Energie sexuelle parasitée (perte de désir ou sexualité envahissante)
  • Comportements blessants
  • Dépression

Apprendre à gérer ses émotions permet d’avancer sereinement dans notre évolution. Il ne s’agit pas de les refouler, de les combattre ou de les contrôler, mais de les accueillir pour retrouver le pouvoir sur notre vie. Ainsi, elles peuvent remplir leur rôle de moteur pour agir :

  • Prise en charge de ses besoins
  • Refus de ‘porter’ les besoins des autres
  • Lâcher prise
  • Sérénité
  • Relations saines basées sur l’autonomie, la collaboration et le partage

Message

Accueillir ses émotions pour tenir compte de leur message

2. Les émotions naturelles

Les émotions naturelles sont les émotions de base dont nous disposons depuis notre naissance. Il existe 4 catégories d’émotions naturelles (dont chacune en comporte un large éventail).

    A. La joie : C’est l’état naturel de l’être humain. Elle sert de moteur à l’envie de vivre et de progresser. C’est la meilleure source de motivation. Elle varie du léger bien-être à l’euphorie la plus complète.

B. La tristesse : Son utilité est de nous rendre disponible pour le nouveau. C’est un passage transitoire, un deuil, pour préparer une nouvelle situation. Son intensité est proportionnelle à la source de joie qui a été ressentie. Elle varie du léger spleen à l’énorme chagrin.

    C. La colère : C’est la garante du respect de soi. Elle nous invite à mettre nos limites et à chasser les intrus. La colère est vécue comme puissance intérieure pour protéger notre espace vital sans envahir celui des autres. Elle varie du petit agacement à la fureur dévastatrice.

    D. La peur : Elle nous aide à aborder la vie avec circonspection en nous invitant à la prudence par rapport au danger, ou en nous informant que nous avons besoin de nous préparer pour affronter la nouveauté. Elle varie de la petite inquiétude à la terreur panique.

3. Impact de l’éducation

Beaucoup d’entre nous avons vu nos émotions réprimées lorsque nous étions enfants. Nous avons été exposés à trois sources de pression contre nos émotions naturelles :

  • L’aspect social
  • L’aspect ‘rôles sexuels’
  • L’aspect familial

Par exemple, dans notre société, les hommes ne sont pas censés être tristes ou avoir peur. Chez la femme, ce sont les deux autres émotions naturelles qui sont réprimées :

  • La joie : malgré la révolution féministe, on a tendance à considérer que les mères doivent ‘se sacrifier’ pour leur famille. L’expression « fille de joie » est une bonne illustration de la répression de cette émotion chez les femmes.
  • La colère : une femme qui se met en colère est vite étiquetée d’hystérique, d’emmerdeuse, de ‘mal b***’, ou encore ‘elle a ses règles’.

Les émotions ont ainsi été catégorisées en deux catégories : les émotions interdites et les émotions autorisées.

    A. Les émotions interdites

Les émotions interdites ont généralement été refoulées. Les techniques utilisées par nos éducateurs pour nous couper des émotions interdites sont :

  • La honte : ‘Regarde comme tu es vilaine quand tu cries !’
  • Le déni : ‘Il n’y a aucune raison d’être triste pour si peu !’
  • La culpabilisation : ‘Avec tout ce qu’on fait pour toi…’
  • La peur : ‘Si tu continues à pleurer, tu vas pleurer pour quelque chose !’
  • Le pansement : ‘Calme toi, on va chercher une glace’
  • Le recadrage : ‘Cet enfant manque de sommeil pour se mettre dans un tel état !’

    B. Les émotions autorisées

Les émotions autorisées n’ont pas été refoulées. Par contre, elles peuvent être utilisées de manière parasitaire : si la colère m’est interdite, je vais ressentir de la tristesse à la place.

Elles peuvent aussi être utilisées de manière truquée ou manipulatrice. C’est ce qu’on appelle le racket émotionnel ou le jeu de pouvoir : étant donné que l’expression de certaines émotions m’est interdite, je vais utiliser les émotions autorisées en les exagérant pour manipuler mon entourage (pour aller plus loin, cfr Relations et jeux de pouvoir de Jean-Jacques Crèvecoeur).

4. Les émotions apprises

Les émotions apprises nous ont été transmises par l’éducation pour nous aider à nous intégrer dans la société. Contrairement aux émotions naturelles, elles ne sont pas innées. Elles ne sont pas néfastes ou inutiles pour autant : il est bon ressentir de la culpabilité quand on transgresse une loi pour s’intégrer dans la société !

   A. La honte : Nous avons appris la honte pour que nos comportements soient standardisés sur les critères collectifs de la société afin de s’intégrer dans la communauté. Elle est liée au regard et au jugement de l’autre. Le problème c’est que quand les actes asociaux ont été ignorés par la communauté (par exemple, une humiliation impunie), la honte n’est pas portée par celui qui agit mais bien par celui qui subit !

    B. La culpabilité : Nous pouvons éprouver de la culpabilité soit lorsque nous transgressons des interdits qui nous ont été transmis (ex : faire une pause, être imparfait, être faible ou vulnérable, etc.), soit lorsque nous refusons de porter les problèmes des autres (chantage affectif). Une bonne façon d’identifier nos propres interdits est de repérer ce qui nous énerve chez les autres : ça correspond souvent à ce que nous nous interdisons !

    C. L’envie et la jalousie : L’envie et la jalousie nous invitent à nous situer par rapport aux rêves et objectifs que nous nous étions fixés. Elles nous rappellent les promesses que nous nous étions faites et que nous n’avons pas (encore) réalisées.

    D. Le mépris et la pitié : Ils viennent d’un sentiment de supériorité. La pitié est différente de la compassion qui consiste à comprendre et partager la souffrance de l’autre tout en faisant confiance en ses ressources pour évoluer, guérir et grandir.La pitié pousse à l’assistanat infantilisant et dégradant alors que la compassion entraîne une relation d’aide saine et autonomisante.

    E. La frustration : Elle vient notre impuissance à franchir limites extérieures (contrairement à la colère qui est la protection de nos propres limites). Elle nécessite de savoir lâcher-prise.

Les personnes qui ne savent pas gérer la frustration sont généralement compulsives et violentes, alors que les personnes qui savent la gérer sont souvent matures, sociables, capables de patience, d’endurance et de se fixer des objectifs à long terme. Voici les 3 clés pour gérer la frustration :

  • Apprendre à :
    • Agir lorsque nous pouvons changer les choses
    • Lâcher prise sur le reste
  • Découvrir la patience
  • Faire des provisions de joie : savourer chaque atome de bonheur pour se faire une plage de bien-être.

CHRONIQUE DU LIVRE

 

La gestion des émotions est primordiale pour prendre soin de son bien-être. Ce petit livre nous invite à changer de regard pour rendre leur place aux émotions. Ni positives, ni négatives, elles sont de précieux indicateurs pour nous accompagner tout au long de notre vie.

Rapide à lire (seulement 94 pages) et pas cher, c’est une belle introduction au monde des émotions.

Points positifs :

  • Facile à lire
  • Malgré sa petite taille, il permet de bien cerner les enjeux des émotions
  • Les illustrations nous permettent de mieux assimiler les propos de l’auteur et facilitent l’introspection

Points négatifs :

  • Pour un mode d’emploi, il manque d’applications concrètes. Il invite plus à la réflexion qu’à l’action, même s’il donne quelques pistes pour agir.

Cet article vous a plu ? Faites-en profiter vos connaissances en leur partageant sur Facebook et sur Twitter clip_image004

Acheter ce livre sur amazon :

Crédit photo : longarini

Publié dans Bien-être psychologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *